Le nouveau bac des "2003" est la risée des réseaux sociaux

Alors que les premières épreuves du baccalauréat post-réforme ont été perturbées par un mouvement de grève d’enseignants, la génération “2003”, la première à essuyer les plâtres du contrôle continu, doit en plus subir les railleries des réseaux sociaux.

BAC - Le nouveau bac connait des débuts difficiles et les moqueries n’arrangent rien. Alors que les premières épreuves du baccalauréat post-réforme ont été perturbées par un mouvement de grève d’enseignants, la génération “2003”, la première à essuyer les plâtres du contrôle continu, doit en plus subir les railleries des réseaux sociaux où l’on se moque allègrement de leurs difficultés.

Nés pour la plupart en 2003, les lycéens de Première découvrent avec stupeur les nouvelles épreuves de contrôle continu comptant pour la note finale. Une expérience déjà stressante et rendue encore plus compliquée par la grève de surveillance ou les refus de correction lancés par certains enseignants, hostiles à la réforme du baccalauréat

Selon le ministère, une quarantaine de lycées ont été perturbés temporairement et dix ont reporté partiellement ou totalement les épreuves.

Il n’en fallait pas beaucoup plus pour que ces difficultés soient raillées par des internautes pensant les lycéens incapables de passer au-dessus de cet amas de problèmes qui ne sont pas forcément de leurs fautes. 

Voici un florilège de réactions sur Twitter: 

Les premières sessions d’E3C, ou épreuves communes de contrôle continu, des différents bacs ont débutées début janvier. Il s’agissait des épreuves de langues et d’histoire-géographie. Les établissements ont jusqu’au mois de février pour faire passer...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post