Nouveau Ça M’intéresse : le sommaire du mois de décembre

Pixabay.com

Assiste-t-on à une petite révolution dans le domaine de la santé ? C’est ce que peut laisser croire l’enthousiasme suscité par l’ARN messager. Le mois dernier, deux laboratoires américains (Moderna et Merck) ont noué un accord pour développer ensemble un vaccin contre le cancer de la peau. De son côté, BioNTech évoquait récemment la même possibilité, avec des résultats attendus d’ici à 2030. Au-delà des effets d’annonce, il y a l’ARN messager. Difficile d’être passé à côté de ce terme durant la pandémie, pendant laquelle cette technique a permis de mettre au point rapidement des vaccins efficaces contre le virus et ses variants. L’idée repose, pour faire simple, sur la copie d’une partie de notre génome, auquel on apprend à lutter contre un envahisseur. Ce mécanisme était à l’étude depuis plusieurs années, pour... lutter contre le cancer. Bien sûr, il y a du chemin à parcourir : les tumeurs ne fonctionnent pas comme des virus, il s’agit de combattre nos propres cellules, et chaque cancer est différent d’une personne à l’autre, sans compter les mutations. Un dé pour les chercheurs ? Sûrement. Mais il semble à leur portée. L’ARN messager montre aussi que, lorsque la recherche dis- pose de moyens, elle peut aller vite. Il existe de nombreuses autres innovations, bien moins médiatiques. Ainsi, aujourd’hui, les médecins disposent de quatre traitements pour faire recouvrer (un peu) la vue à une personne malvoyante. Et qui pouvait penser, hier, qu’un paraplégique pourrait remarcher ? (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le cannabis n'est "pas meilleur pour soulager la douleur qu'un placebo", révèle une étude
Troubles anxieux généralisés : la méditation de pleine conscience aussi efficace que les psychotropes
Mouche tsé-tsé : un médicament miracle contre la maladie du sommeil ?
Une alimentation plus végétale chez les hommes peut prévenir le cancer colorectal
Quelle est la période la plus difficile quand on arrête de fumer ?