N'oubliez pas les paroles : la préparation totalement folle de Baptiste, le Maestro éliminé après 40 victoires

·1 min de lecture

Il semblait imbattable et pourtant le 29 avril dernier, Baptiste a été éliminé de N'oubliez pas les paroles. Une mauvaise nouvelle pour les téléspectateurs du jeu de France 2 qui étaient attachés au jeune homme, un ancien danseur de ballet qui est devenu un véritable jukebox. En 40 victoires, l'ancien Maestro de l'émission de Nagui a cependant remporté 160 000 euros de gains. Un très beau parcours pour celui qui a chuté après un mois de compétition sur un tube qu'il connaissait pourtant par coeur. "Je ne sais pas si je me suis trompé par fatigue, déconcentration ou abus de confiance. J’ai fait une erreur vraiment bête sur le refrain de Nuit magique de Catherine Lara. Ça aurait dû rouler tout seul, parce que ce n’est pas une chanson piège et que je l’avais travaillée. Mais comme la candidate en face de moi avait révisé plus de 800 chansons, j’ai tout de suite dit à Nagui que ça ne sentait pas bon pour moi", avait-il expliqué à Femme Actuelle.

Baptiste se mord d'autant plus les doigts après sa défaite qu'il s'est préparé à sa participation de N'oubliez pas les paroles depuis très longtemps ! Et l'ex-Maestro n'a rien laissé au hasard pour briller devant les caméras et conserver le fameux micro d'argent le plus longtemps possible. Alors qu'il a arrêté sa carrière de danseur professionnel à la suite de blessures au dos, Baptiste s'est réfugié dans le chant, "sa bouée de sauvetage". L'occasion pour lui également de marcher sur les traces de sa soeur, Juliette, qui avait participé au (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Dîners clandestins : où en est l’affaire, un mois après la polémique ?
VIDEO Les Z’amours : une candidate assure qu’elle voit et entend des morts
Vincent (Koh-Lanta, Les Armes Secrètes) en couple avec un célèbre influenceur ? Il répond !
Philippe Etchebest : cet élément de son domicile qui a scandalisé des internautes
Claude Chirac se lance en politique : la fille de Jacques Chirac marche dans les pas de son père