Notes de frais : l’écrasante majorité des salariés assume de frauder

·1 min de lecture
La fraude aux notes de frais peut représenter une somme conséquente pour les employeurs.

D'après une étude, deux salariés sur trois admettent de tricher sur leurs notes de frais. Un comportement qui n'est pas sans risque, relate « Le Figaro ».

Qui n'a jamais été tenté de gonfler une note de frais ou faire passer un déjeuner en famille pour un repas d'affaires ? Visiblement, c'est le cas d'un (très) grand nombre d'employés en entreprise. D'après une étude britannique, menée par Opinium, deux salariés sur trois reconnaissent tricher sur leurs notes de frais, relate Le Figaro, vendredi 12 novembre.

Près de la moitié des personnes interrogées se disent prêtes à éditer une note de frais frauduleuse au moins une fois par an. Les raisons de ces petits « arrangements » avec la réalité sont nombreuses : compenser des dépenses en télétravail, des heures sup' non payées... D'après cette étude européenne, le coût de ces fraudes pour les employeurs s'élèverait à 13 709 euros par an pour une structure de 250 employés.

À LIRE AUSSI Taxation des multinationales : cette fois, c'est vraiment la bonne !

S'accorder de petits extras

Ici, il n'est pas question de détourner les fonds de la société, mais de récupérer par-ci, par-là, des moyens de l'entreprise pour son usage personnel. Selon l'étude, près d'un tiers des fraudes mentionnées par les répondants concernent des repas au restaurant. Pour les responsables, ces tricheries plus ou moins répétées sont surtout une manière de s'accorder des extras quand leur travail est injuste par ailleurs. 

Si ces petites fraudes peuvent être minimes à l'échelle d'un seul salarié, elles tombent tout de même sous le coup de la loi. Pour les salariés, la sanction peut aller jusqu'à un li [...] Lire la suite

VIDÉO - Hautes-Pyrénées : l'arnaque au rétroviseur est de retour ! :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles