Les notaires face au défi des mutations urbaines et rurales

·1 min de lecture

"L'agriculture urbaine est essentielle pour recréer du lien entre la ville et la campagne"

Xavier Lièvre, notaire à Paris et 3e vice-président du Conseil supérieur des notaires de France.

Existe-t‑il une "agriculture urbaine", ou un "urbanisme agricole"?
Ces tendances ont fortement émergé dans les appels à projets lancés par les métropoles pour redonner du sens à la ville, redynamiser des quartiers, créer de nouveaux pôles d'attraction. Nous avons constaté que tous les candidats sentaient ce mouvement de saturation de la ville, et intégraient dans leur projet des solutions de végétalisation et de production en circuit court. À l'initiative de ces projets, et c'est ce qui est frappant, on trouve des start-upeurs, qui savent surfer sur les tendances et faire rêver les urbains. Il faut néanmoins être réaliste et prudent : l'agriculture n'est pas un gadget, c'est ce qui permet de nourrir la population. Il faut donc de la surface, savoir maîtriser un cycle de vie – animale et végétale – et une commercialisation. Comme cela a été dit par MM. Berton et Limouzin, la solution agricole pour la ville réside plus dans le périurbain, où se trouvent les zones maraîchères.

Notre droit est-il adapté à ces nouvelles tendances?
Pas du tout. Le droit agricole est un droit rural, un droit de la terre agricole qui met en relation un propriétaire foncier et un agriculteur pour exploiter une terre, ce qui n'est pas adapté à la ville. Si l'on veut par exemple exploiter un bout de terrain dans une co...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles