Nos cerveaux ont plus de choses en commun avec les testicules que vous ne le croyez

·1 min de lecture
Production de sperme dans les testicules, vue au microscope électronique. (Photo: Science Photo Library - STEVE GS via Getty Images)
Production de sperme dans les testicules, vue au microscope électronique. (Photo: Science Photo Library - STEVE GS via Getty Images)

TESTICULES - L’adage populaire comme quoi les hommes penseraient avec leurs “parties inférieures” a donc quelques fondements. Les testicules et le cerveau partagent de nombreuses similarités, selon une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Aveiro au Portugal et de l’Université de Birmingham au Royaume-Uni et publiée ce mercredi 2 juin dans la revue Open Biology de la Royal Society.

“Le cerveau et les testicules possèdent le plus grand nombre de protéines en commun, comparés à d’autres organes”, déclarent les chercheurs dans leur étude citée par le site Science Alert. De précédentes recherches ont auparavant suggéré qu’il y aurait des liens entre dysfonctionnements sexuels et troubles cérébraux, voire entre l’intelligence et la qualité du sperme. Cette nouvelle étude explique pourquoi de tels liens existent.

Des milliers de protéines en commun

Les chercheurs portugais et anglais ont comparé les protéines des cellules issues de 33 types de tissus d’organes, comme le cœur, les intestins, les ovaires et le placenta. Ils ont découvert que les testicules et le cerveau partagent 13.442 protéines en commun. L’étude de l’expression génique des testicules et du cerveau montre qu’ils partagent le plus grand nombre de gènes parmi tous les organes du corps. Ces protéines communes sont utilisées dans le développement des organes et pour la communication entre les cellules.

Protéines en commun entre les testicules et le cerveau. (Photo: Brain and testis: more alike than previously thought?, Volume: 11, Issue: 6, DOI: (10.1098/rsob.200322))
Protéines en commun entre les testicules et le cerveau. (Photo: Brain and testis: more alike than previously thought?, Volume: 11, Issue: 6, DOI: (10.1098/rsob.200322))

En s’appuyant sur ces résultats, les chercheurs ont constaté que les deux organes sont étonnamment similaires. Le cerveau et les testicules sont tous deux de gros consommateurs d’énergie pour des processus complexes comme la pens&eacu...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles