Attaque en Norvège : la thèse d'un acte dû à « la maladie » privilégiée

·1 min de lecture
Espen Andersen Brathen, identifié comme l'assaillant de l'attaque à l'arc ayant tué cinq personnes en Norvège.
Espen Andersen Brathen, identifié comme l'assaillant de l'attaque à l'arc ayant tué cinq personnes en Norvège.

Espen Andersen Brathen, l'auteur présumé d'une attaque meurtrière à l'arc en Norvège, a été placé en détention provisoire en milieu médicalisé pour quatre semaines, sur fond de questions grandissantes sur son état mental. Alors que la Norvège est encore sous le choc de la tuerie de Kongsberg, où cinq personnes ont perdu la vie et trois autres ont été blessées, les motivations de l?assaillant restent à éclaircir pour les enquêteurs.

L'enquête a jusqu'à présent renforcé la thèse d'un acte dû à « la maladie », a annoncé la police norvégienne vendredi 15 octobre. « L'hypothèse qui a été le plus renforcée après les premiers jours de l'enquête est celle de la maladie en toile de fond », a déclaré l'inspecteur Per Thomas Omholt lors d'une conférence de presse. Parmi les hypothèses de départ, la police avait envisagé « la colère, la revanche, une pulsion, le djihad, la maladie et la provocation », a expliqué le policier.

Citoyen danois de 37 ans converti à l?islam, Espen Andersen Brathen avait été signalé pour radicalisation. Il a admis lors de son interrogatoire avoir commis l?attaque, armé notamment d?un arc et de flèches, avant d?être arrêté. Les autorités n?excluent pas la possibilité de troubles mentaux, celui-ci ayant fait des allers-retours dans le système de santé pendant un certain temps.

À LIRE AUSSIGérald Bronner ? Christchurch, du complotisme au terrorisme

La piste terroriste privilégiée

Espen Andersen Brathen sera, à titre préventif, détenu pendant quatr [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles