Norvège : Dix ans après la fusillade, deux survivantes reviennent sur l’île d’Utoya

·2 min de lecture

EXTREME DROITE - Dix ans après la fusillade perpétrée par Anders Behring Breivik et ayant coûté la vie à 69 personnes, deux survivantes sont retournées sur les lieux de la tragédie

« Utoya est devenue l’un des endroits les plus importants de ma vie », confie Astrid Eide Hoem, survivante de la fusillade qui a coûté la vie à 69 personnes le 22 juillet 2011. Dix ans après la tuerie, elle est retournée avec Elin L’Estrange, une autre rescapée, sur l’île d’Utoya.

Située dans un lac à l’ouest d’Oslo et propriété du parti travailliste, l’île a fait peau neuve. Un mémorial érigé dans une clairière témoigne du drame qui s’y est joué. Mais ses bâtisses en bois ont été rénovées et des jeunes s’y rendent régulièrement. Une bonne chose pour Astrid Eide Hoem. « Quand ils viennent ici, il n’y a pas d’adultes qui leur disent qu’ils ne peuvent pas penser cela ou que ce n’est pas possible d’espérer ou de rêver. »

Pour rappel, le 22 juillet 2011, à 17h17, Anders Behring Breivik, un extrémiste de droite, vêtu d’un uniforme de policier, avait débarqué sur l’île d’Utoya. Des centaines de jeunes travaillistes y étaient réunis pour un camp d’été. L’homme de 32 ans avait alors tiré sur toutes les personnes qu’il avait rencontrées et traqué les autres. Le massacre avait duré 72 longues minutes. 69 personnes, quasiment toutes mineures, y avaient perdu la vie.

En 2012, Anders Behring Breivik(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Fusillade à Munich: Le norvégien Breivik a-t-il servi de modèle au tireur?
«Un 22 juillet», «Utoya, 22 juillet»: Comment deux films racontent la même attaque terroriste
VIDEO. «Utøya, 22 juillet »: «Les jeunes ne comprenaient pas ce qui se passait sur l'île», souligne Erik Poppe

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles