La Norvège annule un contrat d’achat d’hélicoptères en partie français 20 ans plus tard

Après l’annulation du contrat d’achat de 12 sous-marins par l’Australie, la Norvège a annoncé vendredi 10 juin renoncer à l’achat d’hélicoptères de transport militaire NH90 fabriqués par un consortium dans lequel la France, via Airbus, est un partenaire important. Or le contrat avait été signé il y a plus de 20 ans.

Avec notre correspondant régional, Frédéric Faux

Lorsqu’il a annoncé vendredi que la Norvège renonçait à ces hélicoptères, le ministre de la Défense Bjørn Arild Gram a avoué que la décision n’avait pas été « facile à prendre ». Elle va surtout être difficile à faire accepter au fabricant NH industries.

Le contrat concernait l’achat de 14 hélicoptères, et 13 avaient déjà été livrés. Mais la Norvège s’estime quand même flouée : le premier appareil est arrivé avec six ans de retard, et sur les 13 hélicoptères, seulement huit répondaient à son cahier des charges.

L'armée norvégienne dénonce par ailleurs des problèmes de fiabilité, de maintenance et d'obsolescence des pièces, qui font que, sur les 3 900 heures de vol annuelles prévues, seules 700 ont pu être faites.

Du côté de NH industries, on assure être extrêmement déçu, car le contrat initial était presque finalisé. Les « allégations mensongères » sont réfutées, et l’annulation jugée « sans fondement juridique ». Il est donc très probable que l’affaire n’en restera pas là, car la Norvège ne se contente pas de retourner les hélicoptères au fabriquant : elle réclame aussi une compensation de 500 millions d’euros.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles