En Normandie, les stocks de laine prévus pour la Chine s'accumulent

Dans cet entrepôt de la Vallée-au-Blé dans l'Aisne, 12 tonnes de laine brute sont stockées depuis que la Chine, qui importe la moitié de la production française, a fermé le marché. "On peut stocker la laine mais il faut de la place et au bout de deux ans elle perd sa qualité," explique Thierry Vroman, directeur de la coopérative Les Bergers du Nord-Est. En France, on élève surtout les ovins pour la viande et le lait mais la laine est devenue un sous-produit encombrant et sans valeur. La vente ne permet même pas de payer les frais de tonte. Des frais pourtant incontournables pour lutter contre la myiase, une sorte de mouche du mouton, très invasive. "S'il y a de la laine, les mouches pondent dedans et les asticots dévorent l'animal", explique un éleveur. La laine est imputrescible. Si elle ne part pas en Chine, il faudra la brûler pour s'en débarrasser.