Normandie : le cidre, la fierté locale d'une tradition préservée

Alignés sur plusieurs hectares, les pommiers font partie du paysage normand. Les fruits commenceront à pousser dans quelques jours, une période décisive avant la récolte. "On prépare la future récolte de pommes, explique Louis de Thézy, producteur de cidre à Chanteloup (Manche). Et on commence à pouvoir se dire si on va avoir une bonne année de pommes ou pas." À 26 ans, Louis de Thézy s'est lance le défi fou de quitter la ville et son métier de banquier pour prendre la tête d'une ferme de 5 000 pommiers, et pouvoir produire son cidre comme le faisaient ses parents. "Étant jeunes, on passait nos vacances de la Toussaint à ramasser les pommes, donc c'est vrai qu'on connait ça, on aime ça, c'est ancré dans nos traditions", explique le jeune homme. Une fierté locale Les pommes sont pressées à partir du mois d'octobre. Leur jus, un cidre couleur dorée, est alors stocké dans des immenses cuves, avant d'être mis en bouteille. À elle seule, la Normandie produit pratiquement la moitié du cidre consommé en France. La boisson séduit également les pays étrangers, comme l'Allemagne ou les Etats-Unis : plus de 15 millions de bouteilles exportées chaque année. Alors en Normandie, le cidre est une fierté locale. "J'en ai toujours trois ou quatre bouteilles d'avance, dès qu'il n'y en a plus j'en rachète", confie un homme sur un marché. Dans la cuisine du chef Thierry Lhuillery, le cidre est également incontournable au menu. Sa recette de cuisson est héritée de sa famille. "Le cidre remplaçait la carafe d'eau sur la table, (…) on savait qu'en cuisine ça servait également pour faire également des mets délicieux", se souvient le chef.