Normandie: des agents de cantine volaient de la nourriture destinée aux écoliers de Goderville

·2 min de lecture
Photo d'illustration. - NICOLAS TUCAT © 2019 AFP
Photo d'illustration. - NICOLAS TUCAT © 2019 AFP

Laetitia se questionnait depuis un peu plus d'une année: ses deux enfants, rentrant de l'école communale de Goderville, près de Fécamp, en Seine-Maritime, engloutissaient leur goûter et leur dîner pour calmer une faim en apparence irrépressible. Et pour cause: des agents municipaux dérobaient la nourriture de la cantine prévue pour les écoliers, relate France Bleu Normandie

Trois personnes ont été interpellées par les gendarmes, au mois de septembre dernier, et seront déférées à la fois devant la justice et un conseil de discipline à la mairie, à la fin du mois. Elles ont entre temps été suspendues.

A l'instar de Laetitia, de nombreux parents d'élèves avaient interrogé le maire quant au fait que leurs petits écoliers se plaignaient de ne pas manger à leur faim lors de la pause méridienne. Pris de doute, Laetitia a questionné ses deux enfants sur un mois entier en comparant les menus.

"Ma fille a toujours eu la moitié de son repas. C'est juste inadmissible", tempête-t-elle auprès de nos confrères de France Bleu Normandie.

L'enquête avait débuté il y a un an

L'enquête a débuté il y a un an. Le maire de Goderville, Frédéric Carlière, est tombé des nues en apprenant ses résultats.

"Je n'aurais jamais cru qu'au bout de 30 ans de service, on puisse s'amuser à voler des repas dédiés aux enfants", se révolte l'édile, qui précise qu'il a reçu "beaucoup, beaucoup, beaucoup de plaintes de parents".

Des difficultés à boucler les fins de mois?

Les causes de ces vols à répétition ne sont, à ce jour, pas clairement établies, comme l'explique le maire de la commune.

"Ce sont des gens qui travaillent. On nous a répondu que les temps sont durs. J'aurais préféré des excuses aux parents et aux enfants", ironise-t-il.

Le service à la cantine est depuis assuré par le maire et ses adjoints. D'autres personnes ont également été recrutées en urgence. En attente de la décision de justice, la commune continue de payer les salaires des trois agents suspendus, ainsi que ceux des trois nouveaux salariés.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles