NordLink : la promesse pour l'Allemagne d'une électricité encore plus verte

·2 min de lecture

Grâce à la ligne haute tension NordLink, l’Allemagne établit une liaison directe avec la Norvège, elle-même connectée aux Pays-Bas et à ses voisins scandinaves. C’est à la fois le gage d’une plus grande stabilité de l’approvisionnement, apte à compenser les variations de production des énergies renouvelables, et la promesse d’une énergie moins émettrice de gaz à effet de serre.

Leitmotiv de la transition énergétique allemande, la production d’une électricité plus propre vient de franchir un nouveau cap avec la réalisation de l’un de ses projets phares : NordLink. Suivant l’exemple de ses voisins scandinaves et néerlandais, l’Allemagne a en effet passé un accord avec la Norvège pour établir une connexion directe entre les réseaux électriques des deux pays. Un câble sous-marin permet aux deux pays de s’approvisionner mutuellement en électricité verte, et de réduire ainsi leurs émissions de gaz à effet de serre.

Si la construction est achevée depuis le 9 décembre 2020, au terme de trois ans de travaux, NordLink n’est pleinement entré en fonction qu’à la mi-avril. Pendant cette période d’essai de plusieurs mois, le système a été mis à l’épreuve jusqu’aux limites de sa capacité, a annoncé le gestionnaire de réseau de transport TenneT. L’inauguration officielle aura lieu le 27 mai.

Le plus long câble électrique sous-marin au monde

NordLink est un projet de grande envergure, non seulement parce qu’il a coûté près de deux milliards d’euros, mais surtout parce que cette connexion, qui s’étend sur une distance totale de 623 kilomètres, est la plus longue au monde. Elle comprend 54 kilomètres de ligne souterraine côté allemand, 516 kilomètres de câble sous-marin dans la mer des Wadden puis la mer du Nord, et enfin 53 kilomètres de ligne aérienne côté norvégien. Étant donné la longueur du trajet et le volume à transporter, il s’agit d’une ligne en courant continu à haute tension (CCHT), qui permet une transmission sans grandes pertes. Avant d’être injecté dans le réseau de transport, le courant continu est converti en courant alternatif triphasé dans les sous-stations de Wilster, dans le Schleswig-Holstein (Allemagne), et de Tonstad (Norvège).
Conçu pour durer au moins 40 ans, le câble, fabriqué par le groupe français Nexans, mesure treize centimètres de diamètre et pèse 72 kilogrammes par mètre. Il contient en réalité deux sous-systèmes : un pour l[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi