Nordahl Lelandais jugé pour un premier procès devant les assises de Chambéry

·2 min de lecture

Quatre ans après les faits, Nordahl Lelandais, célèbre pour sa mise en cause dans l'affaire Maëlys, va paraître dans le box des accusés à Chambéry pour répondre pendant une dizaine de jours du meurtre d'Arthur Noyer.

Quatre ans après les faits, Nordahl Lelandais, célèbre pour sa mise en cause dans l'affaire Maëlys, va paraître dans le box des accusés à Chambéry pour répondre pendant une dizaine de jours du meurtre d'Arthur Noyer. Prévue dès 10H00, la première comparution de l'ancien militaire de 38 ans devant la cour d'assises de Savoie polarisera l'attention des médias et du grand public, que la dérive meurtrière d'un homme a priori sans histoires ne cesse de dérouter et d'intriguer. La première apparition de l'ancien maître-chien savoyard est d'ailleurs particulièrement attendue. On ne connaît pour l'heure de cet homme que quelques clichés privés capturés avant qu'il ne soit placé trois ans et demi à l'isolement dans la prison de Saint-Quentin-Fallavier.

A l'automne 2017, après sa mise en cause dans l'affaire Maëlys, en Isère, les enquêteurs savoyards faisaient le rapprochement avec la disparition d'Arthur Noyer, un chasseur alpin de 23 ans. Quand, le 20 décembre, Nordahl Lelandais est mis en examen pour avoir assassiné le caporal, le procureur soulève ouvertement une question: est-il lié à d'autres disparitions ?

Trois ans et des centaines de dossiers étudiés plus tard, aucun élément matériel connu ne vient accréditer cette thèse, qui a pourtant contribué à constituer, autour de Nordahl Lelandais, l'une de ces énigmes judiciaires qui déchaînent les passions. Quelque 120 journalistes ont été accrédités pour ce procès autour duquel le dispositif policier a été renforcé. Le procès Maëlys, lui, aura probablement lieu en 2022 à Grenoble.

Serviable et mythomane ?

Après la sélection des jurés et un résumé de l'enquête lundi matin, l'audience de l'après-midi doit débuter avec l'examen de son parcours de vie. Né le 18 février 1983 à(...)


Lire la suite sur Paris Match