Nord : six personnes jugées pour «torture et barbarie» sur un enfant de deux ans

© Frederick FLORIN / AFP

Deux semaines de sévices sur un enfant de deux ans, battu presque à mort : le procès de six personnes, accusées notamment "d'actes de torture et de barbarie" ou de s'être abstenues d'intervenir, s'est ouvert lundi aux assises de Douai. Le principal accusé est apparu vouté dans le box, en survêtement, les yeux tuméfiés après avoir été "lynché" en prison, selon son avocat. Séparée de lui par un policier, sa compagne fixe le sol. Tous deux jugés pour "actes de torture et de barbarie", avec deux autres hommes (des parents éloignés), ils ont indiqué à l'audience reconnaître les faits.

La mère, qui comparaît libre, est soupçonnée d'avoir assisté à certains épisodes de violence contre son fils. Elle est poursuivie pour "non dénonciation" de crime et de mauvais traitements, privation de soins, mais aussi pour des violences régulières sur ses deux enfants. Une dernière proche est jugée pour n'avoir pas empêché les crimes.

Déchaînement de violences

Le petit garçon avait été temporairement confié par sa mère à ce couple d'amis le 5 décembre 2018, à Auberchicourt (Nord). Il y subira pendant deux semaines un déchaînement de violences, notamment lors de soirées alcoolisées. Hospitalisé le 18 décembre, il est rapidement placé en coma artificiel. Il présente un traumatisme crânien grave, de nombreux hématomes et lésions, et des fractures du bassin et du tibia.

L'enfant, aujourd'hui âgé de sept ans, souffre "d'importantes séquelles neurologiques et psychologiques", selon son avocat, Me Alain ...


Lire la suite sur Europe1