Nord : la piste criminelle privilégiée après l’incendie dans la collégiale d’Avesnes-sur-Helpe

Le choc se lit encore sur tous les visages à Avesnes-sur-Helpe (Nord), au lendemain de l’incendie qui s’est déclarée dans la collégiale Saint-Nicolas. Lundi 5 avril, en plein week-end de Pâques, tout une partie de l’édifice est parti en fumée. À l’intérieur, tout le côté droit de l’autel a brûlé ; du mobilier, des peintures, des murs ont été noircis… "On est extrêmement touché, parce que la collégiale d’Avesnes, c’est notre pilier, voir la fumée sortir des vitraux comme ça, un jour de Pâques, ça touche", explique, ému, un habitant. Un individu interpellé La structure du bâtiment, classé monument historique, n’a pas été endommagée, mais plusieurs œuvres importantes ont disparu dans les flammes. Une enquête a été ouverte alors que la piste d’un incendie criminel est privilégiée. "À cet endroit, il n’y avait pas de cierges, ni d’électricité", assure Sébastien Seguin, le maire (sans étiquette) d’Avesnes-sur-Helpe. Ce mardi 6 avril au matin, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Cultes, s’est rendu sur place, pour exprimer son soutien. Un individu, suspecté d’être à l’origine de l’incendie, a été interpellé dans une commune voisine.