Le nord des Philippines secoué par de violentes répliques sismiques

The Philippine Star titrait “887 répliques” à sa une, ce 29 juillet au matin, avec des photos impressionnantes des dégâts matériels après le violent séisme de magnitude 7 qui a secoué, le 27 juillet, la province d’Abra, sur l’île de Luçon, dans le nord de l’archipel, et dont le bilan atteint, pour l’instant, sept morts. Entre-temps, le nombre de répliques répertoriées a grimpé jusqu’à “1 071”, signalait le quotidien sur son site ce 29 juillet en début d’après-midi, heure locale.

Parmi ces 887 répliques, 210 ont en réalité été désignées en tant que séismes à part entière, précise le quotidien de Manille, dont 24 avec une magnitude “de 1,5 à 5”.

Ces tremblements de terre ont “provoqué des glissements de terrain et des coupures de courant, et ont endommagé des bâtiments incluant des églises de l’époque de la colonisation espagnole, des clochers et des habitations”, notamment à “Vigan City, un site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco”.

Glissements de terrain

Le nouveau président philippin, investi le 30 juin, Ferdinand Marcos Jr, “a inspecté” le 28 juillet la région touchée, relate le Philippine Star, et a promis aux familles de victimes et aux personnes déplacées l’aide de l’État face à la “première catastrophe naturelle majeure de sa présidence”.

Cet événement tragique a ravivé les craintes quant à un possible séisme majeur qui pourrait toucher la capitale, Manille, située à environ 400 kilomètres au sud de la province d’Abra. La mégapole était peuplée de près de 13 millions d’habitants en 2015, souligne le journal : “La West Valley Fault [faille sismique très proche de l’agglomération] s’approche de la durée record de quatre cents ans depuis son dernier mouvement, au début du XVIIe siècle”.

Selon le directeur de Philvocs, l’agence nationale de surveillance de l’activité volcanique et sismique, cité par The Philippine Star :

“Cette faille va bouger. La question n’est pas si cela va arriver, mais quand cela va arriver, et nous devons nous y préparer.”

Reprenant une étude menée par Philvocs et d’autres agences internationales, le quotidien avertit : “Le bilan d’un séisme catastrophique qui toucherait le Grand Manille pourrait atteindre 31 000 à 33 500 victimes.” En précisant que des pistes pour minimiser l’ampleur des dégâts existent, comme la décongestion de la métropole et la vérification de la solidité de tous les bâtiments.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles