Nord: un parachutiste perd conscience à 500 mètres du sol et s'en sort indemne

·2 min de lecture

L'homme d'une trentaine d'années à repris ses esprits quelques mètres avant le point d'impact et ne souffre que de blessures superficielles.

La scène, irréelle, semble tout droit sortie d'un film d'action. Lundi passé, alors que l'école française de parachutisme de Lille-Bondues reprenait son activité après une fermeture de plusieurs mois en raison du Covid-19, un membre d'une trentaine d'années s'est retrouvé dans une délicate situation.

Dix points de suture

Après avoir sauté à hauteur de Marquette-lez-Lille, le parachutiste, expérimenté, a subitement perdu connaissance quelques secondes plus tard, victime d'un malaise dont les raisons n'ont pour l'heure pas été expliquées.

"Il s'est amusé comme un petit fou, très heureux de retrouver la masse d’air, et apparemment il s'est senti un peu mal aux alentours de 500 mètres de hauteur sous voile. Il est revenu à lui un peu avant le poser pour freiner la voile et lever les jambes avant de se poser dans les jardins", raconte à notre antenne Franck Motte, directeur technique adjoint de l’école de parachutisme.

Par chance, au moment de son ennui de santé, l'homme avait déjà déployé son parachute. Il est finalement parvenu à se poser plus ou moins en douceur dans des jardins collectifs.

"Il s'est quand même pris un posé [l'atterrissage, NDLR] assez musclé. Il était tout à fait conscient avec une belle petite balafre qui lui a valu dix points de suture", souligne ce même Franck Motte.

Stupéfaction

Au sol, la stupéfaction a été totale dans ces jardins familiaux situés à hauteur de la commune de Bondues, située entre Tourcoing et Lille. Ce sont d'ailleurs les jardiniers présents au moment des faits qui ont secouru le trentenaire.

"D’apprendre qu’il y en a un qui est tombé, ça me bouscule. Maintenant, quand je vais les voir tomber je vais me dire 'pourvu qu'ils atterrissent correctement'", prédit l'une d'entre elles.

Il s'agissait du premier saut depuis la réouverture de l'école lilloise pour ce parachutiste qui, comble du paradoxe, est lui-même jardinier de profession.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles