Dans le Nord, le musée de la mine de Lewarde broie du noir

Dans le musée, la galerie reconstituée de Lewarde (Nord) se dévoile sur des centaines de mètres. Jusqu'en 1971, des milliers de "gueules noires", des miniers du Nord, sont venus extraire jour et nuit des tonnes de charbon. Aujourd'hui, seule Virginie Malolepszy, petite-fille de mineur et responsable des archives, arpente ce site culturel et de mémoire. Depuis le 30 octobre, comme l'ensemble des sites culturels, le musée est fermé au public. Un site classé monument historique "Ce pourquoi je travaillais au centre historique minier, c'est pour donner, échanger, partager, construire, réfléchir avec les gens qui viennent nous rendre visite (...). Nos 150 000 visiteurs par an nous manquent", explique Virginie Malolepszy aux équipes de France Télévisions. Le site, classé monument historique, est à l'arrêt comme presque tous ses 90 salariés, qui sont au chômage technique. Seuls quelques-uns continuent d'assurer les missions essentielles. Le manque à gagner est estimé à plusieurs centaines de milliers d'euros.