Nord du Mali: les discussions entre gouvernement et groupes armés concrétisées par des annonces

La rencontre à Bamako entre le gouvernement malien et les groupes armés (pro-Bamako et ceux de l’ex-rébellion) en présence d’un représentant du médiateur algérien a pris fin hier vendredi. L’objectif était de relancer l’accord de paix d’Alger signé en 2015 dont l’application sur le terrain est complexe. Des annonces ont été faites, mais l’ex-rébellion a émis quelques réserves.

Principale annonce à l’issue de la rencontre, l’intégration au sein de l’armée nationale de 26 000 ex-combattants sur les deux prochaines années 2023-2024. Les groupes armés du Nord pro-gouvernementaux et les ex-rebelles de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) qui occupent toujours la ville malienne de Kidal sont concernés par l’opération.

Le quota accordé à chaque mouvement armé a été défini. Mais peu après la rencontre, la CMA -Coordination des Mouvements de l’Azawad- a confié à RFI que pour la suite des événements, les résultats de la commission ad hoc créée pour aborder les sujets qui fâchent seront déterminants.

À lire aussi : Nord du Mali: à mi-parcours, les groupes armés satisfaits des travaux sur l'accord de paix

À lire aussi : cinq jours de travaux pour relancer l’accord de paix au Mali


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles