Le nord du Mali à nouveau théâtre d’affrontements meurtriers entre groupes jihadistes

© Florent Vergnes, AFP

Le nord du Mali à nouveau théâtre de luttes d’influences entre groupes jihadistes rivaux. Des affrontements ont opposé ces derniers jours le Groupe de Soutien à l’Islam et aux musulmans (Jnim) aux combattants du groupe État islamique au Sahel dans des localités de la région de Ménaka. Samedi 29 octobre, il semble que les rapports de force sur le terrain ont changé.

Avec notre correspondant régional, Serge Daniel

Les affrontements ont essentiellement eu lieu dans trois localités de la région de Ménaka : Adéraboukane, Inchnane et Tamalate. Selon plusieurs sources, ils ont duré quelques jours et ont été violents. Le groupe terroriste État Islamique (EI) aurait bénéficié d’appui de combattants venus de l’extérieur du Mali. De son côté, le Groupe de Soutien à lslam et aux musulmans (Jnim) semble avoir bénéficié du soutien de groupes armés locaux.

Les populations civiles ont quitté précipitamment hameaux et villages pour fuir les combattants et les différents bilans qui circulent font état de plusieurs dizaines de victimes de part et d’autres.

Le Jnim aurait repris en main la localité de Tamalate. Si l’information se confirme, c’est un sérieux revers pour l’EI, qui avait lancé en mars dernier une attaque meurtrière contre ce bourg, tuant au moins une centaine de civils, surtout des femmes et enfants.


Lire la suite sur RFI