Nord : un homme condamné pour des SMS à caractère sexuel envoyés à la petite-fille de sa compagne

·1 min de lecture
L'affaire a récemment été jugée au tribunal correctionnel de Lille (Photo: PHILIPPE HUGUEN/AFP via Getty Images)

Âgé de 63 ans, l'accusé est désormais interdit d'entrer en contact avec la jeune fille, âgée de 14 ans.

Il a tenté de profiter de la confiance que lui accordait la jeune fille pour assouvir ses tristes penchants. Un homme âgé de 63 ans vient d'être condamné à une peine de six mois de prison avec sursis avec obligation de soins psychologiques pour des SMS à caractère sexuel envoyés à une jeune fille de 14 ans.

Comme l'indique La Voix du Nord, l'adolescente en question était en fait la petite fille de la compagne de l'accusée. Vivant en famille d'accueil, la jeune fille échangeait régulièrement avec le sexagénaire, qu'elle considérait comme son "parrain". Début 2020, celui-ci lui aurait cependant demandé, par texto, de lui envoyer des photos et vidéos d’ordre sexuel.

VIDÉO - Corinne Leriche, maman de Julie, la jeune femme qui accuse 20 pompiers de Paris de l'avoir violée : "Julie va mal. Elle veut mourir"

L'homme reconnaît les faits, mais nie toute intention perverse

Devant le tribunal correctionnel de Lille, l'individu a reconnu les faits, mais aussi soutenu qu'il n'avait fait que répondre à des questions sur la sexualité que lui aurait posées l'adolescente et que les messages en question n'avaient aucune intention perverse.

Selon les mots du procureur, cités par Ouest France, le sexagénaire a pourtant bel et bien "détourné le besoin d’affection d’une gamine en grande vulnérabilité". Finalement jugé coupable, il écope donc d'une sanction pénale, mais aussi d'une interdiction d'entrer en contact avec la victime.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles