Nord : Deux communautés Emmaüs jugées pour travail dissimulé

Procès - Des responsables des communautés Emmaüs de Saint-André et de Nieppe sont suspectés d’avoir fait travailler illégalement des compagnons sans papiers

Étape très attendue dans la crise qui secoue Emmaüs depuis un an : trois dirigeants de deux communautés du Nord sont jugés jeudi à Lille pour travail dissimulé. A cette occasion, des compagnons sans-papiers espèrent faire reconnaître le traitement « indigne » qu’ils assurent avoir subi.

Le président et la directrice de la Halte-Saint-Jean, implantée à Saint-André-lez-Lille, répondront de travail dissimulé et, pour la directrice, de harcèlement moral sur des salariés. Cette dernière comparaîtra également pour travail dissimulé en tant que présidente d’une autre communauté nordiste, Nieppe, aux côtés d’un autre responsable.

Conditions de travail et régularisation

Depuis plus d’un an, le mouvement créé par l’abbé Pierre connaît dans le Nord une vague de contestation qui secoue jusqu’à son sommet. Des compagnons sans papiers de trois communautés, Saint-André-lez-Lille, Nieppe et Dunkerque, sont en grève, soutenus par la CGT. Ils dénoncent leurs conditions de travail et demandant leur régularisation.

A la Halte-Saint-Jean, les 21 compagnons en grève depuis juillet assurent travailler 40 heures par semaine, sous surveillance constante, dans un climat qu’ils qualifient de raciste, et toucher un pécule bien inférieur aux 392 euros mensuels préconisés par Emmaüs Franc(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Nord : Une troisième communauté Emmaüs se met en grève pour de meilleures conditions de travail
Nord : Le préfet ferme une communauté Emmaüs pour raisons de sécurité
Nord : Le président et la directrice d’une communauté Emmaüs jugés en juin