Nord : il découvre un trésor en pêchant à l'aimant dans le canal de l'Escaut

·2 min de lecture
Un trésor découvert au fond du canal de l'Escaut

Parmi les objets remontés à la surface, le Nordiste a eu la surprise de trouver un coffre contenant des montres de luxe et des pièces anciennes.

La curiosité est un vilain défaut, mais elle peut parfois mener à de belles découvertes. Il y a quelques semaines, un habitant de Neuville-sur-Escaut (Nord) est ainsi tombé sur un véritable trésor en pêchant à l'aimant dans le canal de l'Escaut, à quelques encablures de chez lui.

Une prise inhabituelle

Comme son nom l'indique, la pêche à l'aimant consiste à attacher un électro-aimant relativement puissant au bout d'un fil et à le plonger dans un cours d'eau ou un plan d'eau. Le pêcheur remonte ensuite à la surface les objets métalliques qui viennent se fixer au dispositif.

Adepte de cette pratique, le Nordiste en question n'avait jusqu'ici sorti des eaux du canal que des vieux objets rouillés et sans intérêt, par exemple "un chariot, un vélo ou des lames de rasoir", jusqu'à cet après-midi d'été où son aimant a "attrapé" deux petits coffres.

"C’était complètement collé au coffre"

Si l'un d'eux était vide, l'autre renfermait manifestement un certain nombre d'objets. "C’était complètement collé au coffre, raconte le pêcheur, cité par La Voix du Nord. Plein de vase et de cailloux. On ne reconnaissait pas ce que c’était."

Après avoir prévenu la police de sa découverte, et avoir reçu un feu vert pour faire ce qu'il voulait du coffre, le Neuvillois a entrepris de le nettoyer pour libérer son contenu. "Le plus long, ç'a été de les faire tremper, précise-t-il, toujours cité par le quotidien régional. Puis d’enlever la noirceur croûte par croûte."

Le pêcheur veut mener l'enquête pour retrouver le propriétaire du coffre

Au bout d'un fastidieux travail, le Nordiste a dû se frotter les yeux pour croire ce qu'il voyait : deux montres de luxe (une de la marque Cartier, l'autre de la marque Bulgari), des pièces anciennes "remontant parfois aux années 1960" ainsi qu'une loupe en or "de 9 ou 18 carats", selon le bijoutier qu'il s'est empressé d'aller consulter.

Comme le rappelle Ouest France, les dispositions de la loi française relatives à la pêche à l'aimant prévoient que ce type de trésor retrouvé dans un cours d'eau appartienne de droit à l'État. L'homme qui l'a découvert souhaite cependant le conserver, mais pas pour son enrichissement personnel. Selon La Voix du Nord, il aurait en effet l'intention de "mener des recherches afin de pouvoir remonter à son propriétaire". La curiosité, encore et toujours.

Ce contenu peut aussi vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles