Nord : des braqueurs de distributeurs de billets interpellés

Vincent Gautronneau
Les gendarmes de la section de recherches de Lille ont interpellé une équipe qui s’était spécialisée dans les attaques de distributeurs de billets au gaz

Après plusieurs mois de travail, les gendarmes et les hommes de la PJ de Lille ont interpellé une équipe qui s’était spécialisée dans les explosions de distributeurs de billets. Neuf personnes sont mises en examen.


Des spécialistes à la méthode bien rodée. En pleine nuit, dans des petites communes rurales du nord de la France, ils s’approchaient de banques isolées pour travailler tranquillement. Là, ils parvenaient à introduire un mélange gazeux dans le coffre d’un distributeur automatique de billets (DAB) avant de le faire exploser. Quelques minutes plus tard, le coffre était vide et les malfaiteurs prenaient la fuite.

Une équipe basée en Picardie, vient d’être mise hors d’état de nuire par les enquêteurs de la section de recherches (SR) de la gendarmerie de Lille et ceux de la police judiciaire (PJ). Au total, neuf personnes interpellées mardi ont été mises en examen par la juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Lille. Quatre d’entre elles ont été écrouées, suspectées de vol en bande organisée et d’association de malfaiteurs.

Cela faisait près d’un an que les enquêteurs de la SR de Lille, épaulés par ceux de l’office central de la lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et de la PJ de Lille, traquaient cette équipe. Entre mars et juillet 2018, ils avaient constaté une inflation des explosions de DAB. Dans le Nord et dans le Pas-de-Calais, quatre banques avaient ainsi été prises pour cibles. Dans deux cas, les malfaiteurs avaient pu dérober plus de 36 000 €. Les deux autres attaques avaient causé d’importants dégâts matériels mais les voleurs n’avaient pas pu accéder au coffre.

« Des méthodes de contre-filature »

Inquiets face à ce phénomène, les gendarmes avaient créé une cellule d’enquête dédiée – « DAB Explo 59-62 ». Le début d’interminables heures de surveillance pour les enquêteurs. « L’équipe était très méfiante, souligne un proche du dossier. Ils utilisaient des méthodes de contre-filature qui rendaient très difficile notre travail. Les (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Méditerranée : 7,4 tonnes de cannabis saisies sur un bateau rapide
Bordeaux : l’incendie du centre-ville contenu mais pas maîtrisé
Explosion de Lyon : «Mes filles étaient à deux ou trois mètres de la bombe»
Explosion à Lyon : rue Victor Hugo, la vie reprend son cours
Un coureur de 21 ans meurt en plein semi-marathon du Mont-Saint-Michel