Norbert Tarayre : "Quelle joie de se retrouver sous la tente du Meilleur Pâtissier - Chefs & célébrités !" (Gulli)

·1 min de lecture

Vous voir sur Gulli, c’est plutôt inattendu…

Norbert Tarayre : À l’inverse de beaucoup de confrères, je préfère aller là où l’on ne m’attend pas. Gulli, j’adore. Je connaissais surtout pour Joan (Faggianelli, animateur de Gu’Live, ndlr) et ses conseils en bricolage. À cause de lui, c’est un « bordel monstre » à la maison, les enfants mettent de la colle partout et piquent toujours les ciseaux ! (Rires)

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans Le Meilleur Pâtissier ?

J’ai toujours été subjugué de voir que l’on pouvait faire des gâteaux, réalisés par des professionnels ou bien des amateurs, en un temps record. C’est un exploit car, comme le pain, la pâtisserie nécessite beaucoup d’étapes et de temps de repos. Et puis, quelle joie de se retrouver sous la tente du Meilleur Pâtissier !

Comment se passe l’animation avec Mercotte ?

Je l’avais croisée il y a très longtemps, en sortant de Top Chef. Je la trouvais déjà géniale. Quelqu’un de très posé, qui va à l’essentiel. En deux mots, elle est mon opposée. Il n’y a pas de « cannibalisme » entre nous. Mercotte, c’est la pâtisserie, moi, je suis le couteau suisse, car on touche à tout en restauration. Elle approfondit davantage le gâteau, la technique, moi, j’apporte un peu de bonhomie en parlant du candidat, de ce qui se passe autour du gâteau. Et ça marche !

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles