Nora Sahara : "Aujourd'hui, on est plus dans une course à la rentabilité et le patient est secondaire"