"Ils n'ont pas le droit à l'erreur" : comment l'Etat gère la com' de crise sur le coronavirus

Margaux Duguet

Face au coronavirus, le gouvernement fait face à un défi de taille. "L'enjeu, c'est d'éviter la psychose, la panique collective et les comportements irrationnels de la population face à un risque qu'elle ne maîtrise pas", explique Florian Silnicki, spécialiste en communication de crise et fondateur de l'agence LaFrenchCom. Pour le politologue Pascal Perrineau, les pouvoirs publics doivent "rester sur le fil du rasoir" entre "ne pas être assez dans l'action", et donc courir le risque d'être taxés d'"amateurs", et "être trop dans l'action" et ainsi "être accusés de dramatiser et de jouer sur les peurs".

Un numéro d'équilibriste extrêmement périlleux, en particulier lorsqu'il est question de la santé des Français. "Ils n'ont pas le droit à l'erreur", résume Pascal Perrineau. Et le politologue de poursuivre : "Le gouvernement ne peut pas donner l'impression que, sur un enjeu de santé public décisif, il y ait le même amateurisme qu'il y a eu sur les 'gilets jaunes' et les retraites." D'autres y rajoutent volontiers la communication catastrophique autour de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen. Sur la crise du coronavirus, les débuts ont été compliqués. "Il y a eu un certain nombre de flottements sur la diffusion d'infos parfois contradictoires entre les ARS (agences régionales de santé), les préfectures et la communication (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi