Nonce Paolini sur PPDA : "Il n'y a pas de système mais seulement quelqu'un qui s'est comporté de façon odieuse"

Nonce Paolini répond aux questions de "Mediapart" sur PPDA. Hier, le site d'investigation diffusait une émission spéciale dédiée aux femmes accusant Patrick Poivre d'Arvor de violences sexuelles. Vingt d'entre-elles ont pris la parole pour témoigner de faits présumés de harcèlement sexuel, agression sexuelle et viol. De son côté, l'ex-star du "20 Heures" a annoncé fin avril porter plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre 16 femmes.

L'émission spéciale de "Mediapart" a hier donné la parole à Nonce Paolini, ex-patron de TF1 de 2007 à 2016. Désormais à la retraite, ce dernier a apporté un soutien public aux femmes témoignant contre Patrick Poivre d'Arvor depuis plusieurs mois. "Mon souhait est que la justice puisse passer. Ces agissements doivent être sanctionnés d'une façon ou d'une autre. Pour ces femmes, ce sera probablement un apaisement de savoir qu'elles sont reconnues dans leur souffrance (...) Je suis avec elles (...) Leur souffrance ne peut laisser indifférent personne, en particulier pas moi, ni comme homme ni comme ancien dirigeant ", a-t-il déclaré.

Comme il l'avait déjà affirmé précédemment à d'autres médias, Nonce Paolini a assuré ne pas avoir été informé, lorsqu'il était à TF1, des faits aujourd'hui reprochés à Patrick Poivre d'Arvor. "Si dans une entreprise comme TF1, on l'avait su, évidemment des sanctions auraient été prises", a-t-il assuré.

"Il n'y a pas de système"

Alors que plusieurs victimes...

Lire la suite


À lire aussi

Raquel Garrido attaque "Les Grandes Gueules" : "Vous êtes devenus odieux"
Affaire PPDA : 20 femmes prendront la parole sur "Mediapart" ce soir à 19h
"Vous voulez faire l'émission toute seule ?" : Adrien Quatennens et Sonia Mabrouk s'accrochent sur Europe 1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles