De nombreuses villes côtières du monde sont en train de s’affaisser

PHOTO HECTOR RETAMAL / AFP

Istanbul, Shanghai, Houston, Bombay, Lagos, Taipei, Auckland, Manille… Ces grandes villes côtières sont toutes en train de s’affaisser. C’est ce que révèle une étude parue dans Geophysical Research Letters pour laquelle les taux de subsidence (lent affaissement de la surface de la croûte terrestre) de 99 villes ont été mesurés à l’aide de données satellitaires acquises pendant six ans. Ses auteurs concluent que :

“L’affaissement des sols est plus rapide que la montée du niveau de la mer dans la plupart des villes qui risquent d’être menacées par des inondations plus tôt que prévu.”

Quartz rapporte que c’est le cas d’au moins 33 villes qui “sombrent de plus d’un centimètre par an, soit cinq fois plus vite que le taux d’élévation du niveau de la mer” tel qu’estimé dans une étude de 2018. Le site note que “les villes qui coulent le plus rapidement, concentrées en Asie du Sud et du Sud-Est, sont contraintes de s’adapter”.

C’est le cas de Jakarta, en Indonésie. Hakai signale qu’au rythme actuel “le tiers de la ville sera sous les eaux d’ici le milieu du siècle”, ce qui explique en partie pourquoi les autorités indonésiennes ont décidé de déménager leur capitale à Kalimantan, sur l’île de Bornéo.

“De nombreuses villes prévoient une élévation du niveau de la mer, mais elles ne sont pas conscientes de l’effet cumulatif de l’affaissement côtier”, explique au magazine l’océanographe américaine Meng Wei, qui a participé à l’étude.

Un problème : l’extraction d’eaux souterraines

Le pompage des eaux souterraines serait l’une des principales causes d’affaissement, note Scientific American, qui précise :

“La population urbaine en plein essor exerce une pression accrue sur les aquifères souterrains pour se laver, cuisiner et nettoyer. La production de pétrole et de gaz et les nouvelles constructions contribuent également au problème.”

Bien que le phénomène de l’affaissement ne puisse pas être renversé, il peut être néanmoins atténué. Le magazine explique que certaines villes comme Jakarta, Houston et Shanghai ont pris des mesures pour améliorer la gestion des eaux souterraines. Tokyo a même réussi à stopper la subsidence en réglementant l’extraction des eaux souterraines, affirme à Hakai Roderik van de Wal, un expert en changement du niveau de la mer de l’université d’Utrecht.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles