"Le nom secret des choses" : Blandine Rinkel signe un beau roman d'apprentissage

Manon Botticelli

Après L'abandon des prétentions (2017, Fayard), portrait remarqué d'une prof retraitée inspirée de sa mère, l'auteure et chanteuse Blandine Rinkel signe un deuxième roman chez Fayard, Le nom secret des choses.

A 18 ans, Océane quitte Saint-Jean-des-Oies pour la capitale, où elle se confronte à un monde différent de celui qu'elle a toujours connu. "Dans les PMU, le soir tu discutes. La fatigue, comme une grosse veine qui palpite dans ta tête, te désinhibe. A cette époque, tu peux encore tout à fait te perdre toute la journée dans Paris, toile d'araignée, piège de soie qui te capture". Jeune fille qui se cherche encore, issue de la classe moyenne, elle se retrouve à côtoyer la bourgeoisie parisienne.

Ces rencontres sont pour elle une découverte mais suscitent également un malaise, un sentiment d'infériorité et d'insuffisance. "Elle se trouve idiote à toujours poser des questions et elle se demande pourquoi eux ne posent pas de questions, pourquoi ils ont l'air de savoir", nous explique Blandine Rinkel "Alors peut-être qu'ils ne savent sans doute pas plus, c'est une grande hypothèse du livre. Mais ils ont appris dès l'enfance à simuler savoir". Alors Océane cherche à se "doubler" pour se fondre dans le moule, craignant d'être démasquée au détour d'une partie de Trivial Pursuit. "Le Trivial (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi