Noëlle Bréham virée de Radio France ? Le groupe parle de « séparation »

France Televisions host Noelle Breham  poses during a photocall for French TV group new season's launching on August 26, 2014 in Paris. AFP PHOTO JOEL SAGET (Photo by Joël SAGET / AFP)
JOEL SAGET / AFP France Televisions host Noelle Breham poses during a photocall for French TV group new season's launching on August 26, 2014 in Paris. AFP PHOTO JOEL SAGET (Photo by Joël SAGET / AFP)

RADIO - On ne l’entendra plus sur les ondes de la radio publique. Noëlle Bréham, productrice-animatrice sur France Inter de l’émission Les P’tits bateaux, a dénoncé lundi 7 novembre un licenciement « brutal », tandis que Radio France évoque une « séparation » faite « à regret ». Noëlle Bréham « vient d’être brutalement licenciée après 40 années de CDD successifs imposés » pour « avoir osé demander un CDI en application du Code du travail », selon un communiqué de son avocat Me Yoann Sibille.

Celle qui animait plusieurs émissions, dont Les P’tits bateaux depuis 25 ans, a « refusé un énième CDD et réclamé, d’abord directement à son employeur puis ensuite devant la Justice, un statut normal en CDI, tel que prévu par le Code du travail », poursuit son conseil.

Noëlle Bréham « est une nouvelle victime de la politique structurelle d’abus de recours aux contrats précaires, qui est profondément illégale », pratiquée par Radio France, ajoute encore Me Yoann Sibille.

France Inter voulait poursuivre l’émission

« La décision d’une séparation s’est faite à regret, après avoir constaté que Noëlle Bréham n’avait pas souhaité régulariser sa situation contractuelle deux mois après le début de la saison en cours, malgré plusieurs rappels », a indiqué Radio France dans un communiqué transmis à l’AFP. Radio France ne souhaite « pas commenter la procédure en cours par ailleurs devant la justice mais simplement souligner que cela n’avait pas eu de conséquence sur le souhait de part et d’autre de continuer à travailler ensemble ».

« France Inter a en effet proposé à Noëlle Bréham de poursuivre son émission sur la grille de France Inter cette année, et elle l’avait accepté et produisait son émission normalement depuis la rentrée », conclut Radio France.

Ce cas fait écho à celui de Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat. Ces figures du célèbre jeu télévisé Des chiffres et des lettres, depuis respectivement 47 ans et 36 ans, en CDD, avaient dénoncé le caractère « contraint et forcé » de leur départ. Selon eux, France Télévisions « a exigé une baisse de notre salaire de l’ordre de 60% et a refusé de nous accorder le CDI que nous avons eu l’outrecuidance de réclamer ».

Le recours aux CDD dits d’usage « est autorisé et pratiqué par l’ensemble de la profession », a rétorqué de son côté France Télé, car « la reconduction d’une émission dans une grille est réinterrogée chaque année ».

Lire aussi