Noël : une saison difficile pour les chocolatiers

Malgré le confinement, l’entreprise de Stéphane Bonnat tient bon. Il fabrique du chocolat sous toutes les formes à partir de fève de cacao. "Ça, c’est du Venezuela. Quasiment impossible à obtenir depuis maintenant huit mois", confie-t-il. La denrée se fait rare depuis le début de la crise sanitaire, surtout pour lui qui s’approvisionne aux quatre coins du monde, de Cuba au Pérou. Cette année, contexte sanitaire oblige, les cargos arrivent difficilement jusqu’en Europe et le commerce international est freiné. Besoin des fêtes de Noël "On tape très clairement dans les réserves. On tape dans les derniers cacaos qui nous appartiennent et qui sont stockés en Europe", admet le maître-chocolatier. Déjà privé de Pâques, il craint d’être désormais privé de Noël, ce qui serait "terrible" pour son entreprise, comme pour celles de tous les artisans chocolatiers. La production de Stéphane Bonnat a été divisée par trois, même si la vente en ligne lui permet de vendre toujours de nombreuses tablettes de chocolat. En boutique, on espère compte aussi sur les fêtes pour sauver les meubles. "Les gens vont attendre, je pense, le dernier moment", déclare Flavie Bonnat, la responsable du magasin.