Noël : quand le festin doit s'adapter aux nouvelles habitudes alimentaires

Avant, à Noël, c'était simple. Au menu, il y avait la dinde. Truffée, farcie, rôtie, elle était incontournable. Mais aujourd'hui, à l'heure du sans gluten et du vegan, les menus subissent parfois un sérieux lifting. Dans une brasserie traditionnelle d'Amiens (Somme), on a tenté le repas de Noël végétalien avec donc aucun produit d'origine animale. Une ficelle picarde végétale pour le chef après 40 ans en cuisine, c'est une révolution. "C'est la première fois que je fais des plats totalement vegan. Une crêpe sans beurre, sans œuf, je ne sais pas comment elle va réagir quand je vais la mettre dans la poêle", explique Pascal, le chef cuisinier du bistrot d'Amiens.

Seulement 2% des Français sont végétariens ou vegans Une expérience d'un soir qui répond à une demande. Une boutique parisienne propose par exemple un panier de Noël 100% végétal. Ici, le foie gras devient le joie gras, à base de noix de cajou. Il y a aussi le caviar d'algues, ou encore le fomage, autrement dit le fromage végétal. Dans cette boutique, la fête peut donc être vegan. Mais le foie gras, le vrai, a encore de beaux jours devant lui puisqu'à peine 2% des Français se disent végétariens ou vegans.