Noël Le Graët taclé par Kylian Mbappé et… toute la classe politique

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - C’est peut-être le seul sujet qui met d’accord la classe politique française ce lundi 9 janvier. Des politiques de tous bords ont condamné les propos de Noël Le Graët qui s’en est pris la veille à l’icône du foot français Zinédine Zidane, allant parfois jusqu’à réclamer sa démission.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, certains n’ont pas mâché leurs mots. « Le moins qu’on puisse dire c’est probablement que le Dry January, ce n’est peut-être pas son truc, » a lâché le président du Rassemblement national Jordan Bardella sur RMC. « Je pense que Zinédine Zidane est beaucoup plus important pour la France, pour les Français et pour le foot que Noël Le Graët, » a asséné Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance (ex-LREM) à l’Assemblée sur France Inter.

Une ministre évoque le départ de Noël Le Graët

Si tous ont demandé des excuses au président de la FFF (la ministre des Sports l’avait exigé dès dimanche), certains ont aussi évoqué son avenir à la tête de la fédération. « Le foot mérite mieux et nos légendes aussi », a déclaré sur France 2 la ministre déléguée aux PME, Olivia Grégoire, critiquant « un mépris confondant » et un président de fédération « en dessous de tout ». « Il est temps de se poser les questions sur son avenir », a-t-elle estimé.

Cette polémique sur l’avenir de Zinédine Zidane s’ajoute à « d’autres sujets encore plus graves vraisemblablement qui concernent Noël le Graët, notamment sur les questions (...) de violences sexuelles, d’atteintes sexuelles », a rappelé Aurore Bergé. « La question de sa place et de la présidence de la Fédération doit être posée », a-t-elle ajouté.

Noël Le Graët a présenté ses excuses lundi matin, dans une déclaration à l’AFP. « Je tiens à présenter mes excuses pour ces propos qui ne reflètent absolument pas ma pensée, ni ma considération pour le joueur qu’il était et l’entraîneur qu’il est devenu » , affirme le patron du football français.

À voir également sur le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi