Noël Le Graët convoqué par Amélie Oudéa-Castéra après l’article de So Foot

Noël Le Graet est actuellement dans la tourmente suite à un article de So Foot évoquant de graves dérapages internes au sein de la Fédération française de football (FFF) qu’il dirige.
FRANCK FIFE / AFP Noël Le Graet est actuellement dans la tourmente suite à un article de So Foot évoquant de graves dérapages internes au sein de la Fédération française de football (FFF) qu’il dirige.

FRANCK FIFE / AFP

Noël Le Graet est actuellement dans la tourmente suite à un article de So Foot évoquant de graves dérapages internes au sein de la Fédération française de football (FFF) qu’il dirige.

FOOTBALL - Réunion de crise ou simple mise au point ? Ce qui est certain, c’est que la ministre des Sports a invité le président de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graët « à un moment d’échange » vendredi. Et ce, seulement quatre jours après la parution d’un article évoquant, sur la foi de témoignages anonymes, l’envoi de SMS à caractère sexuel à des employées de la FFF, a-t-on appris ce lundi 12 septembre de source ministérielle.

Cette invitation, qui concerne également la directrice générale de la FFF Florence Hardouin, devrait permettre d’aborder « différents sujets, de celui des supporters, de la transition énergétique, de la Coupe du monde, et de l’article de So Foot », a assuré à l’AFP le ministère des Sports, confirmant une information de RMC Sport.

Dans une longue enquête intitulée « Ma Fédé va craquer » et publiée le 9 septembre, le mensuel So Foot fait état de trois extraits de SMS non datés dont auraient été destinataires des collaboratrices actuelles ou passées de la FFF et envoyés par le dirigeant breton, âgé de 80 ans : « Venez chez moi pour dîner ce soir », « je préfère les blondes, donc si ça vous dit », « vous êtes drôlement bien roulée, je vous mettrais bien dans mon lit ».

« C’est bien simple, il saute sur tout ce qui bouge », relate par exemple au magazine une ancienne employée. Toujours selon l’enquête de So Foot, le sexisme serait « élevé au rang d’art » à la FFF où un séminaire sur « la question de l’humour sexiste » a été organisé en 2016.

Selon une source interrogée par So Foot, plusieurs femmes ont ainsi démissionné ces dernières années de l’instance car elles se sentaient « harcelées sexuellement, mais aussi moralement » au sein de la FFF.

Interrogée sur le sujet samedi par RMC Sport, en marge d’un événement d’athlétisme place de la Bastille à Paris, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra n’avait pas souhaité s’exprimer sur le sujet : « Pas de commentaire là-dessus, ce n’est pas l’objet ». Depuis la parution de cette enquête, la FFF, interrogée par l’AFP, est restée totalement silencieuse.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi