Noël Le Graët : après ses propos sur Zidane, le président de la FFF peut-il être licencié ?

© FRANCK FIFE / AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Quelques mots prononcés par Noël Le Graët ce dimanche sur RMC auront suffi à embraser le monde du sport. De Kylian Mbappé à Franck Ribéry en passant par la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, tous ont condamné les propos tenus par le boss de la Fédération française de football à l'encontre de Zinédine Zidane. Interrogé sur une possible prise de fonction de l'ancien numéro 10 des Bleus à la tête de la sélection brésilienne, le dirigeant de 81 ans a botté en touche et indiqué n'avoir "rien à secouer" du sujet. Il a même assuré qu'il n'aurait "même pas pris au téléphone " l'ancien entraîneur du Real Madrid s'il s'était manifesté pour remplacer Didier Deschamps, finalement prolongé jusqu'en 2026 à la tête des Bleus.

Depuis plusieurs mois, Noël Le Graët multiplie ce genre de sorties polémiques , au point que d'aucuns réclament avec insistance son départ de la FFF avec laquelle son mandat court jusqu'en 2024. Néanmoins, pour l'heure, l'horizon apparait plutôt dégagé pour "NLG" dont le poste à la tête de l'instance ne semble franchement pas menacé.

Le statut de la FFF empêche l'État d'intervenir

Si Amélie Oudéa-Castéra en a remis une couche ce lundi, assurant que "nos joueurs méritent mieux que ce qu'ils ont à la tête de la Fédération", elle n'a pas le pouvoir de destituer l'ancien maire de Guingamp de son fauteuil. La faute au statut même de la Fédération française de football qui fonctionne sur le modèle d'une association.

>> LIRE AUSSIZidane : Le Graët reconnaît d...


Lire la suite sur Europe1