Noël : du bisphénol A dans certains jouets ?

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Noël : du bisphénol A dans certains jouets ?

Hochets, peluches, petites voitures, poupées… Dans une semaine, tous ces jouets seront sous le sapin pour le plus grand bonheur des enfants. Mais, à l’heure des dernières courses, certains parents s'interrogent : comment être sûr que ces produits sont sans danger pour les enfants ?

Sur les jouets, l'indication de composition n'est pas obligatoire. Par exemple, il est impossible de savoir s'ils contiennent du polycarbonate. Ce matériau est très dur, difficilement inflammable, mais il contient du bisphénol A.

André Cicolella, toxicologue et président du Réseau Environnement-Santé, précise : "le bisphénol A est un perturbateur endocrinien, c’est-à-dire une substance qui perturbe le fonctionnement du système hormonal. Cette substance est impliquée dans les cancers (les cancers du sein et de la prostate), dans les troubles du métabolisme comme l’obésité, le diabète et donc les maladies cardiovasculaires, dans les troubles du comportement et de la reproduction".

Bisphénol A : un seuil maximal défini par la Commission européenne

A cause de ces risques, la Commission européenne a fixé l’an dernier un seuil de migration maximal du bisphénol A vers les enfants à 0,1 milligramme par litre. Cette limite concerne les jouets destinés aux moins de 3 ans.

Près de Paris, le laboratoire national de métrologie et d’essais vérifie que les plastiques des jouets ne dépassent pas ce seuil. Thierry Vincelot est le responsable du département chimie des matériaux. Il explique : "pour simuler la mise en bouche des jouets par des enfants en bas âge, la norme stipule que l’on doit réaliser un essai dans un milieu aqueux pour reproduire la salive. La limite de (...) Lire la suite sur Francetv info

Pour Noël, des cadeaux (vraiment) empoisonnés ?
Bisphénol A : l'Efsa recommande de diviser par dix les seuils d'exposition autorisés
Bisphénol A : conséquences sur l'audition et le métabolisme ?
Méningite : plusieurs décès dans la Creuse, l'Allier et le Rhône
Bonnes résolutions : trois semaines sans soda (et plus si affinités)