Noël au temps du Covid-19 : on vous explique "l'effet Thanksgiving" tant redouté à la veille des fêtes en France

Mathieu Lehot
·1 min de lecture

Des épidémiologistes invités sur les plateaux de télévision aux responsables politiques interrogés sur l'épidémie de coronavirus, en passant par le dernier avis du conseil scientifique, tout le monde brandit le même avertissement : "Il faut éviter l'effet Thanksgiving." Comme un réveillon avant Noël, Thanksgiving est une fête populaire en Amérique du Nord. Elle est célébrée chaque quatrième jeudi de novembre aux Etats-Unis. Les Américains se déplacent alors par dizaines de millions à travers le pays, pour se retrouver en famille autour de la traditionnelle dinde.

Cette année, Thanksgiving tombait le 26 novembre, en pleine vague épidémique, faisant craindre "une flambée dans la flambée" aux médecins américains*. Trois semaines après les festivités, les données sanitaires permettent d'en mesurer les premiers effets et les résultats témoignent d'une situation très disparate.

Si plusieurs Etats ont vu la contagion s'intensifier, d'autres sont plutôt épargnés. Au niveau national, hormis un rebond dans les jours qui ont suivi le week-end de fête, le tsunami redouté par les autorités sanitaires ne semble pas s'être produit. Les experts appellent tout de même à la prudence face aux sinistres records de contaminations, d'hospitalisations et de décès, enregistrés jour après jour.

Une fête en pleine (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi