Nissan: Des irrégularités constatées dans l'inspection de véhicules

CONTROLES - Selon un quotidien japonais, plusieurs employés ont admis ne pas avoir suivi le protocole lors du contrôle des freins et d’autres composants du véhicule avant leur livraison... 

CONTROLES - Selon un quotidien japonais, plusieurs employés ont admis ne pas avoir suivi le protocole lors du contrôle des freins et d’autres composants du véhicule avant leur livraison... 

Nissan pourrait rappeler des véhicules après la découverte de nouvelles irrégularités, a affirmé le quotidien économique Nikkei, ce jeudi. Le constructeur d’automobiles japonais est déjà touché par deux scandales liés à l’inspection de ses véhicules dans le pays.

Si l’information est confirmée, il s’agirait d’une mauvaise nouvelle de plus pour Nissan qui traverse une phase difficile avec l’arrestation le 19 novembre de Carlos Ghosn,

révoqué dans la foulée de la présidence du conseil d’administration sur des soupçons de malversations financières. Selon le Nikkei, ces problèmes ont été mis à jour par des responsables du ministère des Transports qui ont mené des visites dans une grosse usine du groupe au Japon, à la suite des précédentes affaires révélées en septembre 2017 et en juillet 2016.

Des mesures prises en septembre pour améliorer le processus d’inspection

Plusieurs employés ont admis ne pas avoir suivi le protocole lors du contrôle des freins et d’autres composants du véhicule avant leur livraison, a expliqué le journal. Il n’a pas précisé combien de voitures seraient concernées par un éventuel rappel. Nissan, partenaire du Français Renault​ et du Japonais Mitsubishi Motors, n’a pas confirmé l’information. « Nous échangeons avec le ministère de manière régulière », a-t-il souligné. « Quand il y a de nouveaux éléments, nous les publions après vérification », a ajo (...)
Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Affaire Carlos Ghosn: Le patron de Renault pourrait rester en détention au moins jusqu’à la fin de l’année
VIDEO. Japon: L’éviction de Carlos Ghosn par Nissan attise les inquiétudes sur l'avenir de l'alliance
Affaire Carlos Ghosn: Renault a lancé un audit interne «pour vérifier»