"Je n'irai pas chercher les voix du RN": à l'Assemblée, Borne prend ses distances avec Le Pen

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La Première ministre Élisabeth Borne a répondu de façon cinglante à Marine Le Pen qui ouvrait le bal des premières questions au gouvernement.

Ne pas avoir "voté la censure" ne signifie "ni une confiance au gouvernement, ni une participation à la majorité", a grincé ce mardi Élisabeth Borne, lors de la première séquence de questions au gouvernement de la nouvelle mandature. La Première ministre a répondu à Marine Le Pen qui ouvrait le bal des invectives, en sa qualité de cheffe de file du groupe RN à l'Assemblée.

La députée du Pas-de-Calais, qui n'a pas voté lundi la motion de censure déposée par la Nupes, a salué "un pas" vers son groupe. Marine Le Pen faisait ici référence à la volonté de Gérald Darmanin de "permettre l'expulsion de tout étranger reconnu coupable d'un acte grave par la justice". En réponse, Élisabeth Borne lui a fermé la porte au nez.

"Je vous ai écouté et vous le confirme: je n’irai pas chercher les voix du Rassemblement national (...) Il y aura toujours quelque chose qui s’interposera entre nous, cela s’appelle les valeurs", a tancé la Première ministre qui ne dispose pas d'une majorité absolue à l'Assemblée nationale .

"Ces valeurs (...) vous ne les partagez pas"

"Mon ADN, ma colonne vertébrale s’appelle la République", a développé l'ancienne ministre du Travail avec virulence. "Alors oui, je vous le redis Madame Le Pen, mon identité, c'est la liberté, c'est l'égalité, c'est la fraternité, c'est la laïcité!", a-t-elle clamé.

"Et ces valeurs, Madame Le Pen, vous avez beau tenter de vous les approprier, je suis convaincue que, dans les faits, vous ne les partagez pas", a cinglé la cheffe du gouvernement.

"Et concernant les OQTF?"

La cheffe de file des députés Rassemblement national lui demandait quelques minutes auparavant d'"exécuter les obligations de quitter le territoire" (OQTF) pour les étrangers, "dont l'application reste aujourd'hui à 90% lettre morte".

"Chacun constatera que la même promesse faite par le même Gérald Darmanin en mai 2021 n'avait pas été suivi des faits... Mais parce que nous voulons croire à une prise de conscience salutaire, nous pouvons d'ores et déjà vous dire que nous voterons cette mesure dès demain", a précisé Marine Le Pen.

“Vous n’avez pas lu le programme d’Emmanuel Macron parce que cette mesure y figurait”, lui a répondu du tac-o-tac Élisabeth Borne, avant de prendre ses distances avec la formation politique à la droite de la droite de l'hémicycle.

Une fois le micro lâché par la Première ministre, Marine Le Pen est revenue à la charge, faisant fi du pamphlet: "Et concernant les OQTF?" a-t-elle insisté sous les applaudissements de son groupe.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Cela paraît totalement irréaliste de l’imaginer, pourtant c’est la seule solution aujourd’hui, en France, en 2022 : une élection présidentielle anticipée"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles