Ninja Warrior : Jean Tezenas du Montcel favorisé par Denis Brogniart ? Un internaute s'insurge

·1 min de lecture

C’était la dernière ligne droite pour les candidats de Ninja Warrior. Samedi 30 janvier, ils étaient vingt-huit à s’affronter lors de la finale de la saison 5 du jeu. Mais après la première épreuve, ils n’étaient déjà plus que cinq : Matthias Noirel, Clément Gravier, Jonathan Bonnet, Jean Tezenas du Montcel et Charles Poujade. Un deuxième parcours « extrêmement difficile », de l’aveu de Denis Brogniart himself. La preuve : ils ne sont que deux à s’être qualifié pour la troisième épreuve : Charles Poujade et Jean Tezenas du Montcel, unique vainqueur français de Ninja Warrior que les téléspectateurs commencent à bien connaître. Le champion est d’ailleurs le seul à avoir réussi le parcours, se qualifiant pour l’ultime épreuve (Charles Poujade est tombé à l’eau). Ultime épreuve d’autant plus difficile pour le candidat qu’il devait battre le record à la corde qu’il avait lui-même réalisé lors de l’édition 2020 de 32 secondes 45.

Malheureusement, Jean Tezenas du Montcel a raté le buzzer. Un retard de quelques centièmes de seconde qui lui a coûté la victoire. Il a tout de même remporté 20 000 euros (au lieu de 100 000 euros) et a promis de revenir l’année prochaine. Pour le plus grand bonheur des internautes qui sont nombreux à admirer le candidat. « Jean est définitivement le meilleur », « Quel dommage pour Jean, il méritait sa victoire », « Je pense qu’il faut se servir de l’ARN de Jean Tezenas du Montcel pour faire un vaccin contre le Covid », a-t-on notamment pu lire sur Twitter. (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Christophe Dechavanne : écoeuré par une situation révoltante, l'animateur affiche son soutien
VIDEO Eurovision France, c'est vous qui décidez : les internautes choqués par la présence du public, ils s'insurgent
Mort de Faustine (Star Academy 6) : Nagui salue sa mémoire et prend un engagement
PHOTO Laura Smet poste un message hilarant concernant le test anal pour dépister la Covid-19
Jean-Paul Rouve se livre sur les difficultés financières de ses parents qui vivent sur "une retraite misérable"