« Nine Perfect Strangers » : Nicole Kidman n’en ferait-elle pas un peu trop ?

·1 min de lecture
Nicole Kidman : gourou or not gourou ?
Nicole Kidman : gourou or not gourou ?

Dans le Hollywood des années 1930-1940, on appelait les mélodrames conçus autour d?une grande star féminine des women?s pictures. Des films bâtis autour d?héroïnes flamboyantes, complexes et forcément malheureuses, qui magnifiaient le talent des actrices et visaient avant tout un public féminin, que l?on supposait plus enclin à s?émouvoir. Cette tradition ? portée notamment par les mélos de Douglas Sirk avec Jane Wyman ou de George Cukor avec tout ce qu?Hollywood comptait de beautés ? revit depuis que Nicole Kidman et David E. Kelley travaillent ensemble.

Diffusée juste avant l?affaire Weinstein et l?essor du mouvement #MeToo, leur première collaboration ? une adaptation du roman de l?Australienne Liane Moriarty Big Little Lies ? entre en résonance avec l?époque. Nicole Kidman y joue Celeste, une grande bourgeoise au maquillage soigné qui cache des traces de coups? Dans la série suivante, The Undoing, Kelley confie à sa star le rôle de Grace, dont la vie semble parfaite jusqu?à ce que la révélation d?une infidélité de son mari et une accusation de meurtre fassent tout exploser.

Après ces deux succès, voici donc Nine Perfect Strangers, qui réunit le showrunner, sa muse et de nouveau la romancière Liane Moriarty. Dans le premier épisode, neuf âmes en peine prennent le chemin d?une retraite de luxe sise dans un site majestueux de Californie qui porte le nom peu engageant de Tranquillum House. Il y a là une romancière à succès, Frances (Melissa McCarthy), un cou [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles