Nikos Aliagas : "En faisant la Star Academy, on ne pensait pas qu’on en parlerait 20 ans plus tard"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

On voit beaucoup de gens parler avec nostalgie de la Star Academy à l’occasion de cet anniversaire. Et vous, comment l’avez-vous vécu ?

Nikos Aliagas : Ce fut d’abord un plaisir de se retrouver, comme dans la chanson de Bruel, mais pour un rendez-vous "dans 20 ans", et une joie de voir ces gamins devenus adultes. Certains ont suivi d’autres chemins, ont parfois eu des enfants, d’autres n’ont pas bougé avec le temps, quelques-uns ont perdu leurs cheveux. (Rires). Ce fut une madeleine de Proust assez émouvante. Cette émission a changé la vie de pas mal de monde, dont la mienne. On ne pensait pas, en la faisant, qu’on en parlerait vingt ans plus tard. On vivait dans l’instant. Nous étions dans une forme de fragilité, un peu dépassés par la machine, et en même temps entraînés par sa puissance. L’école de la Star Ac’, c’étaient des braises sur lesquelles il fallait marcher.

Sur le tournage, on voyait bien que ce n’était, pour vous, pas tout à fait une émission de télévision comme les autres. Vous avez montré beaucoup de tendresse pour les anciens candidats. Est-ce que vous en avez aussi pour le Nikos d’il y a vingt ans ?

Oui, je crois avoir de la tendresse pour le gamin que j’étais, avec ses costards trop grands, qui veut "faire l’animateur" mais fait surtout comme il peut, et qui ne lâche pas l’affaire. À la fin, il se rend compte que la seule vérité, c’est la scène, et qu’il faut être soi-même en toute circonst... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles