Nikolaï Mladenov refuse de remplacer Ghassan Salamé en Libye et démissionne de l'ONU

·2 min de lecture

Coup de tonnerre à l’ONU. Celui qui était pressenti pour prendre la tête de la mission en Libye, le Bulgare Nikolaï Mladenov, a refusé le poste et carrément démissionné des Nations unies lundi 21 décembre.

Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

Lundi encore, des diplomates ont félicité Nikolaï Mladenov pour son nouveau poste, alors qu’il briefait le Conseil de sécurité sur la situation au Proche-Orient. Sa démission confirmée mardi 22 décembre a donc bien pris l’ONU par surprise.

Depuis le mois de septembre, son nom était chuchoté pour reprendre la tête de l’Unsmil, après le rejet de plusieurs candidatures africaines par les États-Unis pour ce poste de négociateur en chef. Puis, ce sont les pays africains du Conseil qui ont freiné la nomination du Bulgare cet automne. Et enfin, en novembre, alors qu’il devait être officiellement annoncé, la Russie a exigé qu’un remplaçant lui soit d’abord trouvé pour son poste de négociateur au Proche-Orient.

Antonio Guterres dans l'embarras

Finalement, Nikolaï Mladenov parle d’une « décision personnelle et familiale », Un média italien avance qu’il aurait été accusé par certains Libyens d’être favorable aux Émirats arabes unis, or ce pays est un allié reconnu du général Haftar. Ils seraient aussi mécontents que Nikolaï Mladenov soit basé à Genève et non à Tripoli, une requête faite et obtenue par le Bulgare pour raisons familiales.

Ce rebondissement met dans l’embarras Antonio Guterres, qui l’a nommé, ainsi que le Conseil de sécurité, qui cherchent une solution pour remplacer Ghassan Salamé à la tête de l’Unsmil depuis son départ en mars 2020. Étant donnée la nouvelle formule bicéphale mise en place pour diriger l’Unsmil, rien n’est prévu officiellement. Mais il y a de fortes chances que le Zimbabwéen Raisedon Zenenga, coordinateur opérationnel, prenne l’intérim.

►À écouter aussi : Orient hebdo - Libye : des avancées politiques à la réunion de Tunis ?