Nigeria: une vingtaine d'étudiants enlevés après l'attaque d'un gang armé

·2 min de lecture

Une université du nord du Nigeria, dans l'Etat de Kaduna, a été attaquée par un gang armé. Au moins 20 étudiants manquent à l'appel sans que l'on sache combien d'entre eux ont été enlevés ou réussi à s'échapper.

Des hommes armés ont attaqué une université dans l'Etat de Kaduna, dans le nord du Nigeria, kidnappant un nombre encore indéterminé d'étudiants et tuant un employé de l'établissement, ont rapporté mercredi les autorités locales. "Il y a eu une attaque vers 20H15 (19H15 GMT) la nuit dernière (mardi)", a expliqué à l'AFP Mohammed Jalige, le porte-parole de la police locale. "Les bandits présumés ont envahi l'école en grand nombre", a-t-il ajouté. "Des étudiants ont été enlevés mais nous ne savons pour l'instant pas combien", assure M. Jalige.

Deux responsables de l'université ont déclaré à l'AFP qu'au moins 20 étudiants manquent à l'appel sans que l'on sache combien d'entre eux ont été enlevés ou réussi à s'échapper. Samuel Aruwan, ministre local de l'Intérieur a confirmé l'attaque dans un point presse qu'il a tenu sur place, ajoutant qu'un "employé de l'université" avait également été tué dans l'attaque.

Depuis plusieurs mois, des gangs armés, communément appelés "bandits" dans cette région du Nigeria, procèdent à des kidnappings de masse dans les établissements scolaires en échange de rançons. 730 enfants et adolescents ont été enlevés depuis le mois de décembre. Début mars, à Kaduna déjà, des hommes armés avaient attaqué le pensionnat d'un lycée professionnel enlevant 49 élèves, dont seuls dix ont été libérés. Leurs ravisseurs avaient publié des vidéos insoutenables où l'on voit les victimes être fouettées et demander le paiement d'une rançon à leurs familles et aux autorités.

"Les enfants ne peuvent pas se laver depuis 36 jours"

Lors d'une conférence de presse tenue la semaine dernière, le président de l'association des parents d'élèves avait dénoncé l'inaction des autorités de l'Etat de Kaduna, qui ont interdit(...)


Lire la suite sur Paris Match