Nigeria : des œuvres d’art pillées durant la colonisation bientôt restituées

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
L'université d'Aberdeen en Écosse va rendre un « bronze du Bénin » au Nigeria, affirmant qu'elle a été acquise par des soldats britanniques en 1897 dans des « circonstances répréhensibles º.
L'université d'Aberdeen en Écosse va rendre un « bronze du Bénin » au Nigeria, affirmant qu'elle a été acquise par des soldats britanniques en 1897 dans des « circonstances répréhensibles º.

C'est « un bronze du Bénin », du nom de cette sculpture d'un buste noir, si symbolique, représentant un oba, c'est-à-dire un roi, qui va retrouver sa terre natale. Sa particularité ? C'est l'une des centaines de pièces pillées par les Britanniques lors de la prise de l'ancienne ville d'Edo en 1897, alors capitale du royaume du Benin, aujourd'hui Benin City au Nigeria. Elle avait été acquise par l'université d'Aberdeen, en Écosse en 1957 lors d'une vente aux enchères. Cette dernière vient d'annoncer qu'elle allait la restituer à son pays d'origine, dans un contexte actuel de réflexion en Europe sur la restitution des trésors culturels aux ex-pays colonisés.

À LIRE AUSSIRestitution culturelle : Benin City à l'avant-garde

Un retour inconditionnel

Les bronzes du Bénin figurent parmi les artefacts les plus réputés de l'art africain. Ces plaques, avec leurs bustes et sculptures en laiton fabriquées entre le XVIe et le XVIIIe siècle, décoraient le palais royal du royaume du Bénin, dans ce qui est aujourd'hui le sud-ouest du Nigeria. « Il n'aurait pas été juste de conserver un objet d'une telle importance culturelle qui a été acquis dans des circonstances aussi répréhensibles. Nous avons donc décidé qu'un retour inconditionnel était la mesure la plus opportune », a déclaré le professeur George Boyne, président de l'université d'Aberdeen, cité dans un communiqué.

« Les prochaines étapes sont le transfert légal du titre, puis le transfert physique » de l'?uvre, a dit à [...] Lire la suite