Nigeria : tensions au sein du parti au pouvoir pour la course à la présidentielle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La course pour l'élection présidentielle de 2023 crée des frictions au sein du parti majoritaire, le Congrès des progressiste (APC). L'actuel vice-président Yemi Osinbajo a déclaré sa candidature il y a une semaine, le 11 avril. Il fait donc concurrence au puissant Bola Tinubu, l'ancien gouverneur de Lagos, qui affiche son ambition de succéder au président Muhammadu Buhari depuis plusieurs mois déjà. La bataille pour remporter l'appui du parti majoritaire s'annonce ardue pour ces deux hommes.

Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

Le vice-président nigérian Yemi Osinbajo est considéré par beaucoup comme l'ancien protégé de Bola Tinubu. Lorsque ce dernier était gouverneur de Lagos entre 1999 et 2007, Osinbajo occupait le poste de procureur général de l'état.

L'annonce de la candidature de sa candidature a donc fait l'effet d'une trahison dans le camp de Bola Tinubu, perçu jusque là comme le candidat favori au sein du Congrès des progressistes, le parti présidentiel.

Interrogé par les journalistes sur les ambitions présidentielles de son ancien « fils » spirituel, Bola Tinubu a répondu sèchement qu'il n'a « aucun fils en âge de se présenter » à cette élection.

Ce désaveu fait beaucoup parler au Nigeria depuis une semaine et met en évidence les dissensions au sein du parti présidentiel, alors que sénateurs, députés et gouverneur affiliés à l'APC commencent à se ranger derrière leur candidat favori.

Chacun s'active en coulisse pour essayer de remporter la faveur du parti, qui doit décider prochainement des modalités d'une éventuelle primaire pour choisir son candidat officiel.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles