Nigeria: les questions qui restent en suspens après la libération des lycéens

·1 min de lecture

Les autorités et le proviseur de leur école affirment que les 344 lycéens de Kankara sont tous rentrés sains et sauf, après des négociations avec leurs ravisseurs. Ce rapt a été revendiqué deux fois par le groupe Boko Haram, mais il a été conduit par des groupes criminels de la région. On en sait un peu plus aussi grâce aux témoignages des enfants qui ont retrouvé leurs familles vendredi soir.

Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

Les retrouvailles se sont poursuivies jusque tard dans la nuit, entre les parents et leurs enfants tout juste libérés après six jours éprouvants.

À ce stade, il semble que tous les écoliers enlevés au pensionnat de Kankara soient rentrés sains et saufs, même si le nombre exact des otages a fait débat ces derniers jours.

Effectivement, les autorités du nord-ouest ont très vite indiqué le chiffre de 340 jeunes capturés – autant ont été libérés selon elles. Mais Boko Haram est venu semer le doute, en revendiquant un nombre d’otages plus élevés : 520 selon les deux messages diffusés par le groupe.

Il est possible que les chiffres aient été gonflés par Boko Haram. Aucun autre message n’a été diffusé depuis la libération des enfants - négociée directement avec les groupes armés qui les détenaient.

L’idée d’un lien idéologique est donc à nuancer, même s’il est clair que les « bandits » ont collaborés activement avec l’organisation terroriste, pour servir la propagande d’Abubakar Shekau loin de son fief du nord-est.