Nigeria: le port du voile à l'école suscite de vives tensions dans l'État de Kwara

·2 min de lecture

De vives tensions ont éclaté, cette semaine, entre communautés chrétienne et musulmane, à Ilorin, capitale de l’État de Kwara, au centre du Nigeria. Cette crise a entraîné la fermeture de dix écoles publiques. Au cœur de la querelle se trouve l’interdiction du port du voile islamique imposée aux élèves musulmanes dans une dizaine d’écoles à majorité chrétienne de la ville. Malgré l’intervention des autorités, soucieuses de garantir la liberté religieuse de tous les élèves, les tensions ont dégénéré en affrontements entre chrétiens et musulmans.

Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

Comme souvent, tout a commencé par une vidéo postée sur les réseaux sociaux. Un conducteur de moto a filmé une écolière en train de cacher son voile islamique dans son sac, avant d’entrer dans son école. Celle-ci explique ensuite, au conducteur qui l’interroge, qu’elle a l’interdiction de porter son hijab à l’intérieur de l’établissement sous peine de brimade.

Si la polémique créée par cette vidéo a débouché sur une véritable crise cette semaine, les tensions dans les écoles à majorité chrétienne de la ville d’Ilorin ne sont pas nouvelles. Elles remontent en fait à une dizaine d’années, quand l’Église a demandé à reprendre la gestion d’anciennes écoles missionnaires, passées sous contrôle de l’État nigérian dans les années 1970.

Non seulement la Justice rejette leur recours, mais le verdict défend aussi la liberté religieuse des élèves musulmanes, autorisées à porter le voile dans ces écoles. Ce jugement, confirmé en appel, n’aurait cependant pas été respecté dans les faits.

Après avoir ordonné la fermeture de ces écoles, il y a un mois, pour tenter d’apaiser les esprits, les autorités de la ville d’Ilorin ont tenté de les faire rouvrir cette semaine, mais la situation a dégénéré. Plusieurs personnes ont été blessées dans de violents affrontements entre chrétiens et musulmans, alors que la majorité des élèves et des professeurs ont préféré rester chez eux.

À lire aussi: En 2018, les chrétiens continuent d'être persécutés dans le monde